Courtage crédit

Le métier de courtier en prêt
Article lu sur 60 millions de consommateurs : « Si vous cherchez les meilleures conditions pour votre prêt, il n’y a pas d’hésitation à avoir : sollicitez un courtier en prêt »*.

Qu’est-ce qu’un courtier en prêt ?

Ce que font la plupart des particuliers pour souscrire à un prêt, c’est de consulter premièrement leur banque sans pour autant consulter les offres que peuvent proposer d’autres organismes de prêt. La souscription de crédits est possible auprès de n’importe quel organisme de prêt. Dans une optique d’obtention des meilleures conditions, il est fortement recommandé de faire une comparaison des offres de toutes les banques.

 

Le rôle du courtier en prêt est de faire l’intermédiaire entre vous et les organismes bancaires. Il recherche et négocie à votre place l’offre de prêt la plus adaptée en fonction de vos besoins.

Pourquoi faire appel au Cabinet Molina ?

L’expertise du Cabinet Molina vous suit tout au long de vos démarches en termes d’épargne, de patrimoine, de retraites ou pour tout autre type de demandes.

 

Aujourd’hui, environ 1 français sur 4 serait prêt à recourir à un courtier en banque**.

 

●     89% trouve comme avantage au courtier en assurance : le gain de temps et les économies réalisées.

●     87% trouve comme avantage au courtier en assurance l’alternative d'obtenir des taux plus compétitifs

●     86%  trouve comme avantage au courtier en assurance l’alternative de bénéficier de conseils d'un expert en crédits

 

Nous chercherons ensemble la meilleure solution et assurerons l’ensemble du processus de recherche et de négociation jusqu’à son acceptation.

Dans quels cas solliciter Molina ?

Les courtiers en crédit de Molina sont dans la capacité de pouvoir vous conseiller et vous accompagner durant vos démarches et dans son intégralité : conseil patrimonial, réductions d’impôts, sur la préparation de votre retraite, la transmission de votre patrimoine...

 *extrait de 60 millions de consommateurs, n° 447, mars 2010

**étude réalisée par l’institut TNS Sofres du 22 au 26 janvier 2010 auprès de 1 087 personnes de 25 ans et plus